Allocution du Président de la République au Next Eintein Forum

Le 08 mars 2016

Excellence, Monsieur Paul KAGAMA, Président de la République du RWANDA ;

Monsieur le Premier Ministre du Cameroun,

Monsieur le Président de l’Assemblée nationale,

Madame la Présidente du Conseil économique, social et environnemental ;

Mesdames, Messieurs les Ministres ;

Mesdames, Messieurs les membres du Corps diplomatique,

Messieurs les présidents et Directeurs de Next Einstein Forum et de AIMS,

Messieurs les Recteurs, Doyens et Directeurs d’UFR,

Mesdames, Messieurs les membres de la communauté scientifique,

Chères lauréates, chers lauréats,

Honorables invités;

Mesdames, Messieurs,

C’est pour moi un réel plaisir de présider, en présence de mon Frère et Ami, le Président Paul KAGAME, Président de la République du RWANDA, la cérémonie d’ouverture de la première édition du Next Einstein Forum initié par l’Institut Africain pour lesSciences mathématiques (AIMS), en partenariat avec la fondation Robert Bosch Siftung

Notre capitale, s’honore d’accueillir autant de sommités du monde des sciences et techniques, du secteur privé, de la société civile ainsi que des décideurs politiques, tous engagés à mettre leurs connaissances au service du développement de l’Afrique.

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, au nom du peuple sénégalais, et en mon nom personnel, je vous souhaite la bienvenue, ici à Diamniadio, au Centre International de Conférences Abdou DIOUF, haut lieu de rencontres et d’échanges, symbole de notre ambition de modernité et d’émergence.

 Je me réjouis fortement du thème choisi  pour la présente rencontre : «Sciences et humanité, rétablir les liens ».

En effet, aucune nation ne saurait atteindre un développement durable sans un système éducatif et de recherche scientifique performant, adossé à des valeurs humaines.

Ce thème s’inscrit ainsi au cœur des préoccupations et orientations actuelles et futures de notre continent.

Voilà pourquoi, aujourd’hui, l’Afrique s’est engagée résolument dans l’éducation et la formation des jeunes, notamment les filles, dans des compétences en sciences et technologies pour assurer son émergence.

Je voudrais donc féliciter chaleureusement les promoteurs du Next Einstein Forum, Neil TUROK, Thierry ZOMAHOUN ainsi que le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, pour cette belle initiative.

Vous permettrez de remercier vivement le Président Paul Kagamé pour son leadership en matière d’innovation technologique et pour les efforts inlassables qu’il mène en vue de trouver, selon sa célèbre formule, des innovations « fait-maison »,  afin de résoudre les problèmes de développement en Afrique.

Mesdames, Messieurs, Chers invités,

Le Partenariat pour le développement des compétences en sciences appliquées et technologies (PASET) avec l’Ethiopie, le Rwanda, et le Sénégal pour la formation de 10 000 docteurs, le Sommet sur la revitalisation de la science et de la technologie, ainsi que le Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique (NEPAD) dont j’assure la présidence, ont montré la voie à suivre.

Les sciences, les technologies, les mathématiques et l’innovation, mises au service de la communauté, peuvent contribuer à trouver les meilleures solutions aux problèmes majeurs de l’Afrique tels que l’insécurité alimentaire, la crise énergétique, la pauvreté, les changements climatiques, la santé publique.

Des initiatives comme celle de Next Einstein Forum qui nous réunit ce matin, sont également de la plus haute importance car, elles contribuent à encourager les chercheurs africains, à persévérer et à aller encore plus loin sur le chemin de la recherche scientifique.

Elles contribuent surtout à susciter le goût de la recherche, de la créativité et de l’innovation chez les plus jeunes, qui  constitue un potentiel inépuisable pour l’avenir de l’Afrique.

Mesdames, Messieurs,

Je voudrais saluer, en cette matinée du 08 mars, Journée Internationale de la Femme,  la présence remarquable de femmes de qualité dans cette salle.

Elles sont toutes des scientifiques aux parcours exceptionnels et certaines d’entre elles, notamment les 06 lauréates, dont 3 sénégalaises, les ambassadrices, les volontaires du NEF, que je félicite, sont parmi les meilleurs du continent.

Les voir exposer les résultats de leurs recherches, échanger avec des personnalités émérites constitue un véritable encouragement.

Leur pourcentage élevé dans les établissements AIMS et à ce Forum où 30% des participants et 50% des Ambassadeurs sont des jeunes filles est également un autre motif de satisfaction

Malgré ces efforts importants, il nous reste beaucoup à faire.

Nous devons, ensemble, faire plus et mieux.

Au demeurant vous pouvez compter sur mon engagement personnel à soutenir les initiatives des femmes et des jeunes dans le domaine de la science et de l’innovation technologique. 

Je suis déterminé à les appuyer, parce qu’une société qui ne fait pas la promotion des femmes et des jeunes scientifiques ne reflète pas le futur de notre continent.

C’est la raison pour laquelle, pour bâtir son développement, mon pays a placé au cœur du Plan Sénégal Emergent (PSE), le renforcement du capital humain en vue d’assurer une croissance durable et inclusive.

Dans ce cadre, nous avons choisi de réorienter le système éducatif vers les sciences, les technologies et les mathématiques pour l’aligner sur nos besoins priorités.

  • C’est ainsi que mon Gouvernement a engagé la réalisation d’infrastructures majeures dans les établissements d’enseignement supérieur à travers la construction de deux (02) universités (les universités Amadou Moctar MBOW de Diamniadio et El Hadj Ibrahima NIASS du Sine saloum) et un important programme d’équipements scientifiques et techniques.

Il s’agit :

  • du programme de construction et d’équipement de cent laboratoires dans les universités existantes ;

  • de la construction de 20 blocs scientifiques et technologiques (BST) et la réhabilitation des 08 autres existants, pour un montant total de 3,9 milliards de FCFA ;

  • de la construction du lycée scientifique d’excellence de Diourbel, financé par l’Etat pour un montant de 2,3 milliards de FCFA ;

  • de l’équipement des établissements d’enseignement moyen et secondaire en matériels scientifiques : entre 2012 et 2015, 54 lycées et 42 CEM ont été équipés pour un coût global de 2,4 milliards de FCFA ;

  • de la révision des crédits horaires et des coefficients de l’enseignement moyen  pour renforcer les filières scientifiques et techniques dans ce cycle ;

  • de la mise à disposition, dans les lycées, de ressources numériques, notamment en mathématiques et en sciences physiques.

  • de la mise à disposition gratuite dans les espaces pédagogiques des universités publiques des bases de données Sciencedirect ; Scorpus, revues Masson, CAIRNINFO ;

Comme vous pouvez le constater, l’Etat a érigé en priorité de premier ordre le développement de l’enseignement des sciences, des mathématiques et de la technologie.

Mesdames, Messieurs,

L’émergence d’une jeunesse compétente en science et technologie, créative et innovante, passe par la promotion d’un label scientifique africain.

C’est pourquoi au niveau du Sénégal, j’ai décidé, lors du Conseil présidentiel sur l’Enseignement supérieur et la Recherche, tenu le 14 août 2013, de mettre le système d’enseignement supérieur de notre pays en adéquation avec les nouvelles exigences en sciences, technologie et formation professionnelle.

A cet égard, il est heureux que le Next Einstein Forum 2016 offre ainsi à la jeunesse africaine l’opportunité d’échanger avec des savants venus de tous les continents.

Je voudrais, à ce titre, magnifier l’implantation de centres AIMS un peu partout en Afrique, en particulier à Mbour, pour aider à l’éclosion de jeunes talents, grâce notamment à la coopération avec des chercheurs du monde entier. 

La jeunesse africaine doit donc renouer avec la tradition de recherche scientifique et d’innovation qui, pendant des siècles, a assuré l’éclat de notre Continent.

L’Afrique n’est-elle pas le Continent des pyramides dont la construction n’a pas encore livré tous ses secrets ? 

Nous devons ensemble relever le défi du prochain Einstein en Afrique.

Cela est possible, si nous continuons à exhorter la jeunesse à apprendre, à innover, à inventer, comme ont su le faire les savants africains, à l’image de Cheikh AntaDiop, dont nous venons de commémorer la disparition le 07 mars dernier.

La jeunesse africaine doit se montrer digne de ce glorieux héritage.

Mesdames, Messieurs,

C’est pour favoriser l’éclosion d’une véritable culture scientifique que nous construisons ici, à Diamniadio, une Cité du Savoir.

Elle abritera, entre autres, le siège de l’Université virtuelle du Sénégal, un espace numérique ouvert (ENO), des laboratoires de haute technologie, des incubateurs, un parc scientifique, un centre de mutualisation et de partage des ressources informatiques, une médiathèque et une maison de la science.

Cette maison de la science proposera un planétarium, un aquarium et des espaces de démonstration pour le développement de la culture scientifique chez les jeunes et les adultes.

C’est le lieu d’insister sur le fait que le savoir doit conduire à la sagesse et le lien organique entre sciences et Humanités préservé.

Monsieur le Professeur, à cet instant, j’ai une pensée respectueuse pour vos chers parents, Mary et Ben TUROK, pour leur combat inlassable, au péril de leurs vies, à l’image de Nelson MANDELA, et tant d’autres, à travers le monde, contre l’apartheid et pour la liberté.

Cela démontre que la foi en la connaissance est aussi une foi en la jeunesse, en la vie et en un avenir de paix, de progrès et de fraternité dans le monde.

Mesdames, Messieurs,

Je voudrais aussi rendre hommage à AIMS, et en particulier à ses promoteurs : Neil TUROK, Thierry ZOMAHOUN, Cheikh Tidiane MBAYE, Président du Comité national de pilotage, l’Honorable Député Cathy CISSE WONE, de l’équipe Afrique, et à tous leurs collaborateurs.

Je voudrais également féliciter et remercier les différents partenaires : l’UNESCO, l’Union africaine, les Fondations BOSCH, Johnson et Johnson, Master Card, les académies des sciences et techniques, les Unions mathématiques, la SONATEL, ainsi que les enseignants et les étudiants.

Mesdames, Messieurs, honorables invités,

Je puis vous assurer que les conclusions de ce Forum retiendront toute mon attention et que le Sénégal est prêt à jouer pleinement son rôle pour le développement scientifique et technologique de l’Afrique.

Je ne saurais terminer sans réitérer mes félicitations au Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Professeur Mary Teuw NIANE, ainsi qu’à la communauté scientifique internationale et à tous les acteurs ici présents, pour leur engagement sans faille en faveur du développement de notre continent.

En souhaitant pleins succès à vos travaux, je déclare ouvert le Forum international NEF 2016 «Science et humanité, rétablir les liens ».

 

Je vous remercie de votre aimable attention.

Macky Sall
Président de la République
du Sénégal
Le Président X

Le PSE

Un nouveau modèle
de développement
En savoir plus

Médiathèque

Photos Videos X

Restez connecté(e)
avec la Présidence