Focus Education au Sénégal

L'éducation est un objectif de première importance, au centre de la vision politique du Président de la République Macky Sall. Dans un contexte démographique où les moins de 20 ans représentent 55 % de notre population, le Sénégal se doit d’être doté d’un système éducatif performant. La volonté du Président de République est de permettre à tous d'aller à l'école : une école de la réussite, une école viable, stable et pacifiée, qui promeut la qualité afin de faire du Sénégal un pays émergent.

Des investissements constants en faveur des équipements et infrastructures

Entre 2012 et 2016, au-delà des programmes de réhabilitation, le Gouvernement a investi environ 132,6 milliards de FCFA pour construire et équiper 9 538 salles de classe, 333 écoles élémentaires, 162 collèges de proximité, 21 lycées, 20 blocs scientifiques et technologiques, et 12 daaras modernes.

Plusieurs actions ont aussi été menées pour la correction des disparités régionales par la construction et l’équipement de 200 nouvelles écoles élémentaires dans les 25 départements les moins scolarisés de notre pays et la construction de 49 collèges clés-en-main au niveau des zones frontalières.

Plus concrètement, 8,2 millions de manuels et livrets d’activités de français, de mathématiques et d’éducation aux sciences et à la vie sociale, ont été distribués gratuitement aux élèves de l’élémentaire représentant un coût de 10 milliards FCFA, un effort sans précédent dans notre pays.

A cela s’ajoute la mise à disposition d’outils numériques en mathématiques, sciences physiques et philosophie pour les classes de terminale dans 240 lycées, la mise en place de projets d’établissement, orientés vers les mathématiques et les sciences dans 300 CEM, l’augmentation des heures hebdomadaires en mathématiques, sciences physiques, et sciences de la vie et de la terre.

Des initiatives concrètes en faveur du personnel enseignant

La mise en œuvre des programmes exécutés depuis quelques années a permis de réaliser des avancées significatives en direction des objectifs de développement de notre système éducatif. De gros efforts ont été réalisés par l'Etat dans le domaine des infrastructures et la satisfaction des revendications des enseignants. L’école est la plus grande entreprise de la Nation. Elle emploie plus de 90 000 agents et reçoit plus de 3 millions d’apprenants. A elle seule, elle représente presque 40 % du budget de l’Etat.

Entre 2012 et 2016, les effectifs de personnels enseignants se sont accrus de 7 481 enseignants supplémentaires dans le public. Des mesures spécifiques ont aussi été prises pour renforcer la formation initiale, relever le niveau académique des recrutements et développer la formation continue.

L’accompagnement et l’orientation des étudiants

Depuis 2013, l’Etat s’est inscrit dans une dynamique de réforme du Système d'enseignement supérieur de recherche. Cette réforme qui exprime la vision du Président de la République, conformément aux orientations du Plan Sénégal Emergent (PSE) vise à “faire de l’enseignement supérieur et de la recherche un levier du développement économique, social et culturel du Sénégal”. Elle est le produit d’un processus participatif et inclusif.

La nouvelle Lettre de politique générale sectorielle sert de socle à la mise en place du Programme d’Amélioration de la Qualité, de l’Equité et de la Transparence (PAQUET), pour la période 2013-2025. Depuis 2013, le ministère de l'Enseignement a ainsi mis en place la plateforme www.campusen.en qui oriente tous les bacheliers inscrits, selon le mérite, soit dans les universités publiques soit vers les établissements privés d'enseignement supérieur. Plus de 40 000 bacheliers ont ainsi été orientés en licence entre 2013 et 2017 dans des établissements privés dans des filières accréditées par le CAMES ou l'ANAQ-SUP, avec un accompagnement total de l'Etat pendant 3 ans.

La promotion des filières de recherche et d’innovation est au coeur de la stratégie d’orientation des étudiants. Comme l’a expliqué le Chef de l’Etat lors du Next Einstein Forum en 2016, “Le développement économique et social de toute nation requiert la mise en place d’un système de recherche scientifique, technologique et d’innovation performant. Nous avons donc l’obligation d’entrer et de rester dans la société de l’intelligence, de l’information, de la connaissance et de la maîtrise des technologies. Pour cela, il me parait indispensable de développer la science , la technologie et l’innovation par tous les moyens dont nous disposons et d’y inclure tous les acteurs et cela à tous les niveaux. Notre ambitions est de faire du Sénégal un pays émergent en utilisant comme levier la science, la technologie et l’innovation”.

Une vision forte pour l’avenir du secteur éducatif

L’amélioration des conditions de vie et de travail des étudiants comme celles des personnels enseignants est une préoccupation majeure du chef de l’Etat, au centre des réformes du secteur, inscrites dans le Plan Sénégal Emergent.

D’ici 2019, plus de 221,4 milliards de FCFA, en ressources additionnelles, seront consentis par l’Etat pour l’élargissement des capacités d’accueil, l’extension de la carte éducative et l’amélioration des conditions de travail et d’apprentissage. Cet investissement servira à la réalisation de 6 369 salles de classe, et 4 729 blocs administratifs, de 2 498 blocs d’hygiène, dans le cadre du programme national de résorption des abris provisoires dans les établissements d’enseignement élémentaire, moyen et secondaire général que le Chef de l’Etat vient d’initier. Il permettra aussi la construction et l’équipement de 99 nouvelles écoles élémentaires, 45 nouveaux collèges, 14 nouveaux lycées, ainsi que la réhabilitation et l’équipement de 263 écoles élémentaires, de 97 collèges et de 6 lycées et d’ouvrages annexes (points d’eau, blocs d’hygiène et administratifs, etc.).

Le gouvernement a entamé la construction de 6 lycées d’enseignement général à Grand Yoff, Ngor, Yoff, Sangalkam, Tivaouane Peulh et Pikine Dagoudane, de même que la réhabilitation des lycées de la région de Dakar.

L’état d’exécution du Projet d’appui à la modernisation des daaras, d’un coût de 10,3 milliards de FCFA est très satisfaisant. En effet, tous les 64 daaras ciblés seront livrés entre février et octobre 2018.


 

Macky Sall
Président de la République
du Sénégal
Le Président X

Le PSE

Un nouveau modèle
de développement
En savoir plus

Médiathèque

Photos Videos X

Restez connecté(e)
avec la Présidence